Le Petit Journal

SUPPLÉMENT ILLUSTRE

Les générations actuelles ne peuvent imaginer ce qu' était la presse avant l'apparition du journal à cinq centimes, du journal populaire mis à la portée de toutes les bourses.
La presse ne jouissait d' aucune liberté. Des législateurs ombrageux lui avaient fait un code bizarre et l' avait reléguée hors du droit commun. Son état était d'exception. Le gouvernement ne souffrait d' elle rien qui pût, non pas même le blesser, mais simplement l'égratigner. On exigeait des journaux de lourds cautionnements ; une censure jalouse les surveillait de près ; à la moindre critique, à la plus petite allusion politique, les amendes tombaient sur eux dru comme grêle ; à la récidive, c'était l'interdiction.

Cliquez sur l'image pour entrer

De la perte du plus grand paquebot du monde, à la percée des Vosges. Une mine d'informations d 'époque d'humours et de publicités. Des articles et des gravures en couleurs d'un journal d'époque .

L'histoire, voyez-vous, est un éternel recommencement,
et les peuples s'éviteraient bien des déboires s'ils avaient plus de souci de ses enseignements.

Ernest Laut " le Petit Journal Illustre " du 16 Août 1906

 

QUELQUES CHIFFRES(1893)
Si tous les exemplaires du Petit Journal tirés en un jour étaient mis les uns à la suite des autres, ils formeraient un ruban de onze cents kilomètres de longueur, soit deux fois la distance de Paris à Lyon.
Les exemplaires tirés en une année et placés à la suite les uns des autres auraient une longueur de près de
CINQ CENT MILLE KILOMETRES.
Ils pourraient donc faire onze fois le tour de la Terre.
Les exemplaires vendus quotidiennement formeraient, s'ils étaient empilés les uns sur les autres (le journal étant déployé) une colonne de cent cinquante mètres de hauteur, soit près de deux fois et demi la hauteur des Tours de Notre-Dame.
Au bout d'une année, la colonne atteindrait soixante-dix-neuf mille mètres, soit plus de quinze fois la hauteur du Mont-Blanc. Voilà pour des alpinistes un moyen original d'escalader les plus hautes montagnes !
Mis les uns à côté des autres comme les pavés dans les rues, les exemplaires du Petit Journal imprimés en une année couvriraient une surface d'environ deux cent quarante millions de métres carres, soit approximativement plus de trois fois la superficie de Paris.
Le poids de ces numéros serait de DIX MILLIONS DE KILOGRAMMES.
L'imprimerie du Petit Journal consomme annuellement environ quatre cent cinquante mille kilos d'encre d'imprimerie, représentant un volume de plus de quatre cent trente mille litres.
Si tous de voulez bien, nous nous arrêterons devant ce flot d'encre ! ...

LACARRE

 
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!